Ordered chaos

J'ai plus l'âge de fumer les nuages.

Dix petits mots, perdus, esseulés, tristes et amoureux, comme toi.

Deux petites lueurs qui nous rapprochent. La pluie. On se croirait dans un film. On refait le monde a notre manière.
Un monde dans lequel on ne serait pas trop déboussolé.

Affectueuse sans faire exprès.

Elle a l’air d’une fille facile. Douce et jolie jeune fille.

On joue à des jeux d’adulte qui nous dépassent.

Tout près du bout du monde.

J’ai envie de recevoir des lettres. 
De découvrir des trésors en dessous de mes prospectus.
Entre les catalogues de ventes par correspondance.
Sous les bulletins de mes frères.
Parmi les factures.
Sous les enveloppes de la banque et du lycée.
J’habite tout près du bout du monde.
Ecrivez moi.

Devinez moi.

Il faut vraiment que je devienne pseudo artiste. Au moins. Pas le temps d’être adulte.

Tu sais bébé, on est petit. On est comme des mômes qui joueraient, le nez en l’air, un peu trop près de la falaise. On est tous persuadé de savoir voler, et puis un jour on tombe dans la vie.

Bien trop naïve pour cette vie.

“Comme un bon film dont tu connais déjà la fin. Frustrant.”

“Tu pleures comme un enfant.”

Fini les cris dans la nuit. Les appels dans le noir. Plus de pincements au cœur. Plus de regrets. Que des remords.

Je t’aime, même si tu es sous la douche. Je peux venir, te rejoindre, t’embrasser sur la bouche ?

Ersatz de vie.

Encore une nuit noire.
Deux âmes pieds nus sous la pluie. Deux petites lueurs chancelantes. La lumière qui rougeoie.
Parfum de caramel.
La fumée montant au ciel alors que déjà, le jour se lève.